Géographie de la Géorgie et du sud-Caucase

La superficie de la Géorgie est un peu supérieure au double de celle de la Belgique avec 69 700km2. La Géorgie bénificie d’un éventail de climats, passant de l’alpin au sous-tropical. Se dessinant au nord du pays, les montagnes du Caucase forment la plus haute formation montagneuse d’Europe. Le plus haut sommet de Géorgie peut atteindre plus de 5 000m.

Lorsque le pays était rattaché à l'URSS, la Géorgie était connue pour ces plages s’étendant du Nord au Sud du pays, le long de la mer Noire. À l’est, l’Azerbaijan coupe l’accès de la Géorgie à la mer Caspienne. Tandis qu’au sud, la Géorgie partage des frontères avec la Turqiue et l’Arménie. Les trois pays “Géorgie-Arménie-Azerbaijan” forment un groupe appellé les trans-caucasiens ou Caucase du Sud.

Sakartvelo, comme la Géorgie est connue en langue géorgienne, possède une variété de rivières possédant une variété extraordinaire de poisson. Un tier de la Géorgie est couverte par d’ancienne forêt, protégée par une vingtaine de parcs nationaux.

La Géorgie est un pays de contraste possédant des paysages à couper le souffle. Elle est considérée un joyau à la jonction de l’Asie et de l’Europe, de l’Islam et du Christiannisme.

Situation géographique de la Géorgie

Située en bordure de la Mer Noire et dans le Caucase, la Géorgie partage ses frontières avec la Russie au nord et à l’est, l’Arménie et la Turquie au sud et l’Azerbaîdjan au sud-est.

La principale ville se trouve dans le sud-est du pays, dans une vallée protégée par les montagnes. C’est Tbilissi, la capitale. Créée en 469, sous le règne de Vakhtang Gourgassali, la « ville des eaux chaudes », ainsi appelée alors à cause de ses sources sulfureuses, regorge de monuments, d’églises, de forteresses et de palais qui témoignent de son passé prestigieux. Les influences. tant asiatique, russe que turque et occidentale ont marqué son architecture.

Le pays compte plusieurs fleuves et cours d’eau dont le fleuve Koura qui traverse la capitale avant de se jeter dans la mer Caspienne et le Rioni, qui prend sa source dans le nord du pays pour se perdre dans la mer Noire.

Carte des rivières de Géorgie Carte des montagnes de Géorgie

La chaîne du Caucase a créé des barrières naturelles responsables des différences culturelles et linguistiques entre les régions. À cause de leur altitude et d’une infrastructure peu développée, certains villages sont difficiles d’accès. C’est un pays montagneux et le Grand Caucase constitue une véritable frontière naturelle avec la Russie : les monts Chkhara (5 058 m) et Kazbek (5 047 m) sont parmi les plus hauts sommets.

Le Chkhara, plus haute montagne de Géorgie
Le point culminant de la Géorgie : le Chkhara

La Géorgie est exposée aux activités sismiques. Les habitants et leurs résidences sont menacés par les tremblements de terre et les glissements de terrain dans les régions montagneuses : les historiens ont signalé un fort séisme causant la destruction, en 1088, de plusieurs villes et forteresses. Parmi les catastrophes naturelles du XXe siècle, des glissements de terrain ont déplacé, en 1989, des milliers de personnes dans le sud-ouest du pays alors que les deux tremblements de terre de 1991 ont détruit plusieurs villages dans le centre-nord de la Géorgie et en Ossétie du Sud. Plus récemment, il y a à peine 15 ans, soit en 2002, un séisme ébranlait cette région du Caucase.

Quant au climat, il varie en fonction du milieu subtropical à l’ouest et méditerranéen à l’est. Une humidité élevée et de fortes précipitations constituent les caractéristiques dominantes du climat subtropical alors que la chaleur marque le climat de type méditerranéen sur la côte de la mer Noire. La température se situe entre 2 et 4 degrés Celsius en hiver et entre 20 et 24 degrés Celsius en été.

La Géorgie dénombre plusieurs parcs et réserves présentant une variété d’espèces végétales. D’une région à l’autre du pays, si le climat et le relief sont fort différents, il en est de même pour la présence des forêts : forêts de feuillus, forêts mixtes et conifères, en altitude.

Quant à la flore géorgienne, elle est assez riche et change en fonction du milieu.